Arc en siècle?

20 mar 2011

Petite pensée pour la sensibilité heurtée des grands esprits normaliens…

En janvier dernier, suite à l’annulation à L’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm d’un débat « sur le Proche-Orient » avec Stephanne Hessel, dans lequel il devait être question de la répression justifiée ou non du boycott des marchandises d’une nation aux actions controversées (à savoir Israël), c’est aux aux étudiants de constater que même dans les plus hautes sphères de l’enseignement, certaines questions ne se posent pas.

Voir l’article du Monde du 17 janvier

Sujet sensible qu’il convient communément d’éviter tant nous nous sentons impliqués… par le respect de l’Homme et le respect de ses droits. Pourtant, par la même implications, il conviendrait particulièrement de s’intéresser au rôle que nous avons à jouer lorsqu’il s’agit de cautionner ou de condamner des crimes, même s’ils sont perpétrés par un Etat à l’histoire douloureuse. Car nous pourrions citer d’autres grands pays destructeurs avec lesquels nos gouvernements font affaires, et ce depuis des années. Mais cette question est elle-même aussi sensible et difficile d’accès, dans les médias politiques ou les écoles, que celle de la liberté d’expression en France qui semble se dégrader (à en croire un certain nombre d’études menées et de lois passées).

Pour agrandir: cliquez ici

Il s’agit plutôt de comprendre ce qu’un établissement de l’importance de l’E.N.S gagne à orienter de telle sorte (en contrevenant à la devise de la République) la pensée de ses étudiants, en leur confisquant des réflexions sur de graves polémiques, alors qu’ils font non sans cynisme partie des individus qui constituent la future élite, à savoir ceux dont le diplôme et les relations donneront le plus de droits. Peut-être les positions philosophiques et politiques de Monique Canto-Sperber peuvent-elles nous en donner une idée.

Il s’agirait, selon cette dame, de ne pas s’opposer trop fermement au libéralisme économique, qui constitue un atout sans faille à l’enrichissement (tristement célèbre…) de notre pays et des personnes qui le gouvernement depuis plusieures générations, en vertu de la liberté individuelle. Mais il semblerait que certains soient plus individus que d’autres…

Lorsque gauche et droite confondues, médias et éminences grises, directeurs d’établissements publics et PDG de multinationales véreux, ou encore bourreaux et gendarmes dînent à la même table, se concertent, camoufflent et occultent des faits, des débats, tout en triant sur le carreaux, par une succession d’épreuves et de pré-requis ceux qui sont dignes de rejoindre leurs rang; nous sommes en droit de nous demander de quel côté vient réellement les terrorisme intellectuel et si l’obscurantisme religieux attaqué par les Lumières n’est pas capable de renaître sans christianisme, islam ou judaïsme… mais simplement par individualisme hédoniste et ce rationalisme déraisonné qui consiste, par exemple, à côter une vie humaine?

C’est sans doute ce dont il est plus ou moins question au dîner mensuel du Club le Siècle… Si seulement nous pouvions en discuter.  Je vous laisse vous faire une idée: http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Siècle ou http://www.france-info.com/chroniques-le-plus-france-info-2010-11-25-dans-les-coulisses-du-diner-du-siecle-499272-81-184.html

« Donner sa cervelle, mais pourquoi? » soupirait l’huître…

‘Ko